mercredi, juillet 24

Procès de la meurtrière du policier Romain Boulenge : un verdict pas à la hauteur des attentes des parties civiles

Dans la nuit du 4 au 5 septembre 2020, sur l’agglomération Lilloise, un équipage « police-secours » était commandé pour se rendre sur un vol par effraction (VPE) en cours sur Villeneuve-d’Ascq (Nord).
Le véhicule de police tentait de se rendre sur le lieu des faits le plus rapidement possible, aux moyens de ses avertisseurs sonores et lumineux. Il ne parviendra jamais à destination.

Une autre voiture, circulant à très vive allure et ne respectant pas l’obligation de priorité due aux véhicules d’urgence, viendra stopper l’équipage de police dans sa progression, en le percutant violemment sur son côté droit.

Le chef de bord, Romain Boulenge, 36 ans, papa d’une fillette de 8 ans, directement impacté par la violence du choc, décèdera.

Son équipier, nouvellement affecté en brigade de nuit à Lille, est grièvement blessé, tout comme la passagère du véhicule en cause.

Ce qui rend cet évènement particulièrement injuste et tragique, c’est qu’il aurait pu être évité.

Si…

  • Si, la conductrice n’avait pas consommé d’alcool,
  • et donc, Si, elle n’avait pas été en état d’ivresse.
  • Si, elle n’était pas également, sous l’emprise de produits stupéfiants.
  • Si, elle avait été titulaire d’un permis de conduire.
  • Si, elle n’avait pas pris le volant, à une vitesse excessive, surtout dans son état.
  • Si, elle avait respecté la priorité due à un véhicule de sécurité et de secours dont le gyrophare et le deux-tons sont activés.

L’inconscience de certains marque la vie d’autres à tout jamais.
Joëlle, la maman de Romain devra vivre malgré l’absence de son fils, tout comme sa fille, sa compagne, sa famille, ses amis, ses collègues.

Ce jour, du 15 mai 2024, devrait marquer la fin de l’épreuve judiciaire, clôturée par le verdict à l’encontre de cette « chauffarde », en récidive de conduite sans permis, poursuivie pour « homicide involontaire aggravé ».

Durant ce procès, la mise en cause, jeune femme blonde plutôt propre sur elle, n’a jamais voulu saisir la gravité de ses actes, se cherchant des tas d’excuses.

De très nombreux policiers étaient présents à l’audience. Leur présence était très importante, pour eux, mais aussi pour les proches de Romain. Chacun voulait témoigner de sa douleur, sa peine, son respect, dans le calme et la dignité.

À l’audience, le procureur avait requis 7 ans de prison, 10 ans d’interdiction de passer le permis, 750 euros d’amende et l’indemnisation des victimes et parties civiles.

En début d’après-midi, le verdict est tombé : 6 ans de prison ferme avec mandat de dépôt différé, interdiction de passer le permis de conduire pendant 3 ans, 750 euros d’amende, et une audience en novembre au civil pour l’indemnisation des parties civiles. La mise en cause à 10 jours pour faire appel.

La maman de Romain, après 4 ans d’une insoutenable attente accepte la condamnation, (elle qui a pris « perpet’ » comme elle nous l’a confié), mais la trouve trop légère par rapport à toutes les circonstances aggravantes, et à l’attitude de la coupable, dénuée d’émotion, de regrets, semblant ne se soucier que de son propre intérêt.
« Cette femme ressortira de prison à l’identique, sans conscience de la gravité de ses actes. » nous a-t-elle déclaré.

Même constat pour nos délégués présents sur place. Un signal faible envoyé aux délinquants, la sensation que les victimes passent en second plan.

Xavier L. délégué permanent UN1TÉ, Cédric D. délégué roulement nuit, Ludo M. au roulement nuit, collègue de Romain

Carlo C.

1 Comment

  • Armelle Lemeiter

    C est inadmissible de cette justice elle qui a tué notre neveu romain le fils de Joëlle sa fille Justine
    Elle qui ressort libre !!!qui n à pris que 6 ans et dans 3 ans elle ressortira!! Et recommencera !! C’est une une honte
    C’est sa la justice ???

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *