mardi, mai 21

Ouverture du procés du meurtrier présumé d’Eric Masson

Le 5 mai 2021, à Avignon (84), Éric Masson, un policier et père de famille exemplaire, était abattu froidement, atteint de plusieurs balles, lors d’un contrôle sur un point de deal.Ce lundi 19 février, soit près de 3 ans après, s’ouvrait le procès en assises du tireur présumé et de 2 complices.

Ce lundi 19 février, soit près de 3 ans après, s’ouvrait le procès en assises du tireur présumé et de 2 complices.

Nous étions présents pour assister aux débats, comme de nombreux collègues, amis et bien sûr la famille d’Éric.Les quasi 3 années passées n’ont pas effacé les stigmates laissés par cette douloureuse affaire.

Malgré la douleur et la colère toujours palpable, le calme et le respect dominent à l’entrée dans la salle d’audience.

“Justice pour Émilie, Laura et Anaïs, la femme et les enfants d’Éric”

Comme l’a indiqué Claude Simonetti, délégué départemental Unité SGP Police du Vaucluse lors d’une interview donnée à BFM, « le mot d’ordre est le soutien à la famille ». Il déclare même dans une interview accordée à France Bleue “Les premiers mots qui me viennent, c’est justice pour Émilie, Laura et Anaïs, la femme et les enfants d’Éric »

Un des prévenus, Ayoub Abdi poursuivi pour « soustraction d’un criminel à l’arrestation ou aux recherches » (Pour avoir aidé Akoudad dans sa fuite) comparait libre. Il serait le complice de Illias Akoudad, auteur présumé du coup de feu mortel sur Éric, qui lui, comparait dans le box des accusés poursuivi pour « Homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique » (pour le meurtre d’Éric) et pour « Tentative d’homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique » (Pour les tirs en direction de Romain, le collègue d’Éric). Aux côtés du tireur présumé, se tient Ismaël Boutji, également poursuivi pour « soustraction d’un criminel à l’arrestation ou aux recherches » (pour avoir caché le duo dans sa cave juste après les faits) mais détenu dans le cadre d’une autre affaire.

Après la nomination des 6 jurés et 3 jurés supplémentaires, le président procède à la lecture de l’acte d’accusation qui va durer près de 2 heures, qui, selon nous, ne laisse aucun doute quant à la culpabilité de l’auteur présumé des coups de feu.
À l’issue de cette longue lecture très détaillée des faits, mettant en exergue un travail monumental effectué par la police judiciaire, Ilias Akoudad conteste les faits qui lui sont reprochés, tout comme Ismaël Boutji. Seul, Ayoub Abdi reconnaît sa responsabilité dans cette affaire.

Durant les prochains jours, vont se succéder à la barre, experts, témoins et enquêteurs pour tenter de faire la lumière sur cette affaire qui a traumatisé toute une profession.

Espérons que la justice ne tremble pas.

Carlo C.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *